Archives mensuelles : novembre 2021

Quelle place pour les femmes dans l’industrie cinématographique ? Journée d’étude

La journée Quelle place pour les femmes dans l’industrie cinématographique ? (10 novembre 2021) s’inscrit dans une collaboration entre le Festival Fenêtres sur courts de Dijon et les chercheur.es de l’Université de Bourgogne Franche-Comté, qui avaient déjà organisé en 2019 la rencontre Du court au long-métrage. Le format a permis un échange entre chercheur.es universitaires et professionnel.les du monde du cinéma pour aborder l’un des axes thématiques du projet Émancipation, Transmissions, Héritages. En effet, la réflexion sur des questions de genre s’impose pour avancer dans la lutte sur les discriminations qui sont encore très évidentes dans des milieux très masculinisés, comme celui du cinéma.

La rencontre entre chercheur.es et professionnel.les du cinéma s’est déroulée dans l’amphithéâtre de la MSH de Dijon

Shannon Wells, de l’Université de Bourgogne et coordinatrice du projet Adapt, partenaire de la journée, a ouvert la table ronde en rappelant ses objectifs. Laureano Montero, de la même université, est ensuite entré en matière en apportant des pourcentages sur la présence des femmes dans des différents corps de métier dans le milieu de l’audiovisuel ; des chiffres qu’Elen Bernard, directrice du festival Fenêtres sur courts, a pu compléter par la suite et qui attestent d’une brèche flagrante entre hommes et femmes. Sophie Martin, réalisatrice, productrice et directrice de casting a parlé de son expérience sur le terrain. Elle a confirmé la difficulté de se libérer de préjugés et de stéréotypes qui décident parfois de l’accord des soutiens financiers. Flora Guinot (Université de Bourgogne, TIL) et Marta Álvarez (Université de Franche-Comté, CRIT) ont pu contraster cette situation avec celle de l’Espagne ; de la même manière, Katarzyna Lipinska (CIMEOS, IRCAV) s’est référée au cas de la Pologne. Leurs expositions ont apporté des éclairages historiques aux particularités cinématographiques des deux pays et ont affirmé le rôle des chercheur.es pour contribuer à la visibilité des cinéastes femmes.

Un concert et la dégustation de plats portugais ont précédé un programme de court-métrages de réalisatrices portugaises.

Le soir, au Festival Fenêtres sur courts, Elen Bernard a présenté quatre court-métrages des réalisatrices portugaises Sofia Bost, Leonor Teles, Margarida Lucas, Alice Gimarães et Monica Santos. Les films, produits entre 2018 et 2019, clôturaient ainsi un itinéraire de succès dans des festivals tels que Cannes ou Venise, en faisant preuve de la qualité et la diversité du cinéma des réalisatrices portugaises contemporaines. Pour accompagner ces films, le festival avait organisé une soirée portugaise, en partenariat avec l’association portugaise de Dijon Ulfe : concert de fado et plats portugais ont été le préambule au visionnage du programme élaboré par Elen Bernard.