Archives mensuelles : octobre 2021

Art et écologie : terrains et pratiques pour une transition socio-écologique

14 octobre 2021, 14h-17h, salle du conseil

MSH, 6 Esplanade Erasme

21000 Dijon 

Cette deuxième séance du séminaire « Art et écologie : terrains et pratiques pour une transition socio-écologique » a été organisée par l’axe « Transition socio-écologique, espaces publics et territoires » du laboratoire Cimeos (Université de Bourgogne) et par l’association régionale Artis Le –Lab, investie dans le spectacle vivant en Bourgogne-Franche-Comté.

Deux interventions différentes étaient à l’honneur. D’abord une présentation intitulée « Figures de la convergence entre arts et sciences » autour des relations entre art et science a été donnée par Marie-Christine Bordeaux, PU au laboratoire Gresec Grenoble–Alpes. Ensuite une intervention de l’association ARTVIVA, Arts vivants arts durables, structure parisienne spécialisée dans les projets écologiques au sein de la culture. 

 Cette rencontre a permis de faire dialoguer des interrogations universitaires avec des initiatives issues du terrain de St. Denis et d’Aubervilliers soucieuses de travailler avec les habitants pour un accompagnement à la transition socio-écologique via des expérimentations culturelles. 

La place des femmes dans l’espace public – Publication

La présentation du recueil La place des femmes dans l’espace public, 1800-1939, Grande-Bretagne, Irlande, Empire, sous la direction de Patrice Bouche, Shirley Doulière et Margaret Gillespie, a eu lieu le jeudi 28 octobre à l’Université de Besançon. Publié aux Presses Universitaires de Franche-Comté, avec le soutien de l’axe 2 du CRIT et de la SAGEF, cet ouvrage étudie “l’Ange du foyer, vision masculine et idéalisée de l’épouse britannique [comme] image de la féminité victorienne telle qu’on la perçoit encore au vingt-et-unième siècle. 
Ce stéréotype répandu et réducteur, car il ne concerne qu’une certaine tranche de la population, est issu du cadre littéraire, religieux, voire médical ou politique et fixe l’expression d’un certain positionnement et discours idéologiques. Il persiste aujourd’hui dans l’inconscient collectif, bien que déjà remise en question par la recherche en SHS.
Cet ouvrage s’attache à poursuivre ce travail amorcé et de sortir la femme victorienne et édouardienne de son « cloître » ou de sa « sphère », pour s’intéresser à celles qui occupaient l’espace public en Grande-Bretagne et dans son Empire”.