Archives de catégorie : Uncategorized

Super-héros·ïnes, figures d’émancipation ?

Dans le cadre du projet Émancipations, Transmissions, Héritages, le 30 novembre 2021 s’est déroulé à la fac de lettres de Besançon une journée d’études sur la figure des super-héros·ïnes. La rencontre était par ailleurs le premier volet du séminaire Penser la parité, représenter la diversité —coordonné par Adrienne Boutang et Marta Álvarez, axe II du CRIT EA 3224, que dirigent Nella Arambasin et Maggie Gillespie—, qui questionne les transformations dans la représentation audiovisuelle des minorités et, de ce fait, interroge les discours hégémoniques.

Deux conférences ont confirmé la pertinence de l’étude des figures super-héroïques depuis cet angle, que Mélanie Boissoneau (Paris 3 Sorbonne Nouvelle, IRCAV) a combiné à une perspective de genre et Indiana Lods (Université de Bourgogne, TIL EA 4182) à celle de l’identité nationale. Les deux chercheuses sont remontées aux origines des super-héros·ïnes et ont montré l’évolution dans leurs représentations et significations en s’accordant pour souligner la diversité de celles-ci. Est-il possible de répondre à la question qui guidait la journée ? Les super-héros·ïnes véhiculeraient des stéréotypes et des discours aliénants, qui veilleraient à la reproduction des valeurs qui favorisent la soumission… mais seraient aussi susceptibles d’incarner des valeurs toutes contraires, d’où l’intérêt, plutôt le besoin, d’une approche scientifique pour aborder des objets qui sont au centre des industries culturelles.

La rencontre a été aussi l’occasion de présenter le projet pédagogique que le département d’espagnol et de portugais met en marche avec l’ENSA de Dijon autour des figures de super-héros·ïnes. Pascale Séquer et Luc Adami (ENSA) et Marta Álvarez (UFR SLHS) sont les responsables de cette coopération entre les étudiant.es de l’ARC (Atelier Recherche Création) “Action Comics” de Dijon et ceux et celles de l’unité Audiovisuel de la Licence d’Espagnol de Besançon. Les étudiant.es donneront vie à un.e super.héros·ïne dans une séquence filmique qui sera accompagnée d’autres matériaux graphiques et qui sera intégrée dans un univers narratif développé par les étudiant.es. Les Journées des Arts et de la Culture qui auront lieu au mois d’avril à Besançon permettront de découvrir le travail des étudiant.es.

Quelle place pour les femmes dans l’industrie cinématographique ? Journée d’étude

La journée Quelle place pour les femmes dans l’industrie cinématographique ? (10 novembre 2021) s’inscrit dans une collaboration entre le Festival Fenêtres sur courts de Dijon et les chercheur.es de l’Université de Bourgogne Franche-Comté, qui avaient déjà organisé en 2019 la rencontre Du court au long-métrage. Le format a permis un échange entre chercheur.es universitaires et professionnel.les du monde du cinéma pour aborder l’un des axes thématiques du projet Émancipation, Transmissions, Héritages. En effet, la réflexion sur des questions de genre s’impose pour avancer dans la lutte sur les discriminations qui sont encore très évidentes dans des milieux très masculinisés, comme celui du cinéma.

La rencontre entre chercheur.es et professionnel.les du cinéma s’est déroulée dans l’amphithéâtre de la MSH de Dijon

Shannon Wells, de l’Université de Bourgogne et coordinatrice du projet Adapt, partenaire de la journée, a ouvert la table ronde en rappelant ses objectifs. Laureano Montero, de la même université, est ensuite entré en matière en apportant des pourcentages sur la présence des femmes dans des différents corps de métier dans le milieu de l’audiovisuel ; des chiffres qu’Elen Bernard, directrice du festival Fenêtres sur courts, a pu compléter par la suite et qui attestent d’une brèche flagrante entre hommes et femmes. Sophie Martin, réalisatrice, productrice et directrice de casting a parlé de son expérience sur le terrain. Elle a confirmé la difficulté de se libérer de préjugés et de stéréotypes qui décident parfois de l’accord des soutiens financiers. Flora Guinot (Université de Bourgogne, TIL) et Marta Álvarez (Université de Franche-Comté, CRIT) ont pu contraster cette situation avec celle de l’Espagne ; de la même manière, Katarzyna Lipinska (CIMEOS, IRCAV) s’est référée au cas de la Pologne. Leurs expositions ont apporté des éclairages historiques aux particularités cinématographiques des deux pays et ont affirmé le rôle des chercheur.es pour contribuer à la visibilité des cinéastes femmes.

Un concert et la dégustation de plats portugais ont précédé un programme de court-métrages de réalisatrices portugaises.

Le soir, au Festival Fenêtres sur courts, Elen Bernard a présenté quatre court-métrages des réalisatrices portugaises Sofia Bost, Leonor Teles, Margarida Lucas, Alice Gimarães et Monica Santos. Les films, produits entre 2018 et 2019, clôturaient ainsi un itinéraire de succès dans des festivals tels que Cannes ou Venise, en faisant preuve de la qualité et la diversité du cinéma des réalisatrices portugaises contemporaines. Pour accompagner ces films, le festival avait organisé une soirée portugaise, en partenariat avec l’association portugaise de Dijon Ulfe : concert de fado et plats portugais ont été le préambule au visionnage du programme élaboré par Elen Bernard.

Art et écologie : terrains et pratiques pour une transition socio-écologique

14 octobre 2021, 14h-17h, salle du conseil

MSH, 6 Esplanade Erasme

21000 Dijon 

Cette deuxième séance du séminaire « Art et écologie : terrains et pratiques pour une transition socio-écologique » a été organisée par l’axe « Transition socio-écologique, espaces publics et territoires » du laboratoire Cimeos (Université de Bourgogne) et par l’association régionale Artis Le –Lab, investie dans le spectacle vivant en Bourgogne-Franche-Comté.

Deux interventions différentes étaient à l’honneur. D’abord une présentation intitulée « Figures de la convergence entre arts et sciences » autour des relations entre art et science a été donnée par Marie-Christine Bordeaux, PU au laboratoire Gresec Grenoble–Alpes. Ensuite une intervention de l’association ARTVIVA, Arts vivants arts durables, structure parisienne spécialisée dans les projets écologiques au sein de la culture. 

 Cette rencontre a permis de faire dialoguer des interrogations universitaires avec des initiatives issues du terrain de St. Denis et d’Aubervilliers soucieuses de travailler avec les habitants pour un accompagnement à la transition socio-écologique via des expérimentations culturelles. 

La place des femmes dans l’espace public – Publication

La présentation du recueil La place des femmes dans l’espace public, 1800-1939, Grande-Bretagne, Irlande, Empire, sous la direction de Patrice Bouche, Shirley Doulière et Margaret Gillespie, a eu lieu le jeudi 28 octobre à l’Université de Besançon. Publié aux Presses Universitaires de Franche-Comté, avec le soutien de l’axe 2 du CRIT et de la SAGEF, cet ouvrage étudie “l’Ange du foyer, vision masculine et idéalisée de l’épouse britannique [comme] image de la féminité victorienne telle qu’on la perçoit encore au vingt-et-unième siècle. 
Ce stéréotype répandu et réducteur, car il ne concerne qu’une certaine tranche de la population, est issu du cadre littéraire, religieux, voire médical ou politique et fixe l’expression d’un certain positionnement et discours idéologiques. Il persiste aujourd’hui dans l’inconscient collectif, bien que déjà remise en question par la recherche en SHS.
Cet ouvrage s’attache à poursuivre ce travail amorcé et de sortir la femme victorienne et édouardienne de son « cloître » ou de sa « sphère », pour s’intéresser à celles qui occupaient l’espace public en Grande-Bretagne et dans son Empire”.

Projet de recherche – Pothem Dijon Besançon

Ce projet fédère les 5 laboratoires de recherche du pôle Langues Lettres et communication de l’UBFC et rassemble notamment des chercheur·e·s en langues, littératures et civilisations étrangères, en lettres modernes et classiques, en littérature, en arts, en psychologie, en linguistique ou communication.

Il vise à interroger la notion d’émancipation, concept largement sollicité sans toujours être précisément défini, en utilisant les compétences propres à chaque laboratoire dans une démarche interdisciplinaire.
Quatre volets ont ainsi été définis :

  • un volet sur le concept d’émancipation lui-même : définitions, contours, domaines d’application
  • un volet sur les archives : valorisation d’archives existantes et constitution d’archives
  • un volet sur la transmission/diffusion/médiation de la recherche : sollicitation d’outils existants, création d’outils et réflexion sur les méthodologies utilisées
  • un volet sur la recherche/création : sollicitation d’artistes, organisation d’ateliers d’écriture créative, et ouverture sur la société civile

Le projet sera lancé le 29 septembre 2021 avec manifestation scientifique ouverte aux étudiants et enseignants, en attente d’une restitution des travaux au grand public en juin 2022, « Hétérotopies : espaces d’émancipation ? », qui se tiendra à Besançon et sera simultanément retransmise à Dijon et à Montbéliard.